Le pensionnat Heïki

Un pensionnat comme les autres. Et pourtant... Il est ouvert à tous mais attention, on peut parfois se brûler quand on est trop près du feu...
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Sayonara my sweet vixen !

Aller en bas 
AuteurMessage
Adachi Sakuranbo
Pensionnaire
Adachi Sakuranbo

Féminin Nombre de messages : 9
Age : 29
Date d'inscription : 06/08/2006

Sayonara my sweet vixen ! Empty
MessageSujet: Sayonara my sweet vixen !   Sayonara my sweet vixen ! EmptyMar 8 Aoû - 19:05

Une jeune japonaise, dont la robe rouge sang tranchait avec la grisaille du paysage, sortit d'une voiture noire. Quelques secondes plus tard, un jeune homme sortit à son tour. Il devait être âgé d'une vingtaine d'années tout au plus. Le temps était à la pluie, le ciel était gris et il ne faisait pas très chaud. Et c'est ça qu'on appelait l'été ? La météo plutôt maussade n'améliorait en rien l'humeur massacrante de la jeune demoiselle. Adachi détestait la pluie.
Jean-Baptiste sortit les valises de sa bien aimée du coffre, puis les deux jeunes gens suivirent le chemin menant à la pension Heïki.


-Tu vas voir, je suis sûr que tu vas te plaire. Bon c'est vrai qu'aujourd'hui il ne fait pas très beau, mais quand le temps est plus clément, c'est un endroit magnifique !

"Hum."

Le jeune homme leva les yeux au ciel, puis passa son bras autour de l'épaule d'Adachi. La miss était vexée que les parents de Jean-Baptiste refusent qu'ils vivent ensembles. Il faudrait qu'elle attende deux ans ! Deux ans c'était bien trop long. D'ici là, la nippone serait déjà lassée de son ami. Ou peut-être pas après tout...Elle verait bien.
En attendant, vivre dans cette bâtisse ne lui disait rien. Qui sait quels énergumènes elle y croiserait ?


-Allez, arrête de bouder !

"Tu me promets que tu viendras souvent ?"

-Tu sais bien que ce n'est pas possible...

"Pfff...Si c'est ça, j'aurai mieux fait de rester au Japon !"

Le jeune français ne répondit rien. C'était pourtant elle qui l'avait quasi-supplié de l'emmener avec lui. Cette fille était vraiment complexe, il avait parfois du mal à la cerner. Adachi le devança en pressant le pas. Elle ouvrit la porte de la Pension la première. Entrant dans le Hall, la jeune nippone observa d'un oeil critique l'intérieur du bâtiment. Jean-Baptiste émit un petit sifflement impressionné.

-C'est classieux !

"Mouais...Disons que ca change de l'architecture japonaise..."

Adachi parlait plutôt bien français, quoi qu'elle avait un petit accent et avait une fâcheuse tendance à prononcer ses "r", "l".
Jean-Baptiste passa sa main dans les cheveux blonds et bouclés à l'occasion de sa petite japonaise. Adachi se tourna vers lui et planta son regard noisette dans celui azur du jeune français.


-Il est temps que j'y aille. Je t'appellerai souvent, promis.

"Hum..."

Décidement il ne comprenait rien...Adachi se leva sur la pointe des pieds puis embrassa Jean-Baptiste.

-Sayonara my sweet vixen...

Ce nom décrocha un sourire en coin à la jeune nippone. Il l'appelait souvent comme ça, Sweet vixen, "douce chipie". Il disait que c'était un surnom qui lui correspondait bien. Elle, à vrai dire, s'en fichait pas mal. La nippone prit possesion de ses babages puis regarda sortir son "bien aimé".

Elle resta planté là quelques secondes, le regard dans le vide puis décida de s'aventurer un peu plus loin dans la bâtisse. De toute façon, Adachi ne comptait pas restée comme une nouille à attendre que quelqu'un vienne l'accueillir.


[Réservé à Shinzo =) ]
Revenir en haut Aller en bas
Shinzo Makamaki
Pensionnaire
Shinzo Makamaki

Masculin Nombre de messages : 39
Age : 30
Localisation : Somewhere in Heïki
Date d'inscription : 01/07/2006

Sayonara my sweet vixen ! Empty
MessageSujet: Re: Sayonara my sweet vixen !   Sayonara my sweet vixen ! EmptyMar 8 Aoû - 20:28

"Hé, la nouvelle, ce n'est pas par là les dortoirs..."

Instinctivement, Shinzo s'était exprimé en japonais. Oubliant sans doute que la langue parlée ici était le français, ou alors l'anglais. Langues qu'il maîtrisait quasiment aussi bien que les anglais eux-mêmes. Un peu moins pour le français. Alors il se reprît délicatement, et laissa filer de sa bouche quelques mots, doucement et de manière à se faire clairement comprendre

"Excusez moi... Je reprends donc. Les dortoirs se trouvent la-bas. Vous alliez à l'opposé. Enfin, un bon moyen de se perdre dans les sous-sols.
Vous devriez suivre le deuxième tapis rouge. Il mène tout droit à l'escalier. Ensuite, vous montez à l'étage, et vous verrez un long couloir. Bien sûr, il faut le traverser, et les dortoirs se trouvent au bout..."


Il était encore d'assez loin, mais avait pu parfaitement observer la scène d'au revoir, ou d'adieu aurait-on pu dire, entre le français et sa compagne. Que c'était touchant, mon dieu. Il en aurait presque versé une larme. Non, sérieusement, qu'est-ce que cette fille foutait avec lui? Elle ne montrait que de l'indifférence, et il ne comprenait pas ce qu'elle voulait qu'il comprenne, et lui semblait vraiment l'inverse de la petite personne qu'était la jeune Adachi. Et puis, franchement, les scènes d'amour étaient démodées de nos jours, il était donc normal de voir un adieu aussi banal, avec quand même le classique "Je t'appellerai".
Shinzo vît que le français, qui n'avait que quelques années de plus que lui, était parti. Il songea qu'il était peut-être préférable de se montrer, afin que l'on puisse savoir à qui on parle. Avec une démarche sûre, peut-être un peu féminine, plutôt sensuelle (A la façon de Capitaine Jack Sparrow, mais en plus joli xD), il déambulait, et approchait de la nippone.
Encore une nippone. En le comptant, ca en faisait déjà trois, ici à Heïki. Peut-être plus, il ne connaissait encore que peu de monde.
M'enfin, elle était différente du stéréotype japonais. Un teint légèrement pâle, pas d'horribles cheveux noirs (il fallait dire qu'il n'aimait pas tellement), les joues légèrement rosées. Elle ressemblait à une belle poupée. Pas ces vulgaires petites choses que l'on trouvait au Japon. Elle était belle. Agréablement douce à regarder. Ce qui était sans doute le contraire quand on la connaissait.

M'enfin, de toutes façons, aucun problème. Elle figurerait sur sa liste des proies comme, en tête, la belle Emeline...

Une fois à distance respectable d'Adachi, c'est-à-dire très près, Shin commença à observer la nippone, d'un regard envoûtant, si on osait se plonger dedans. Tournant autour de celle-ci, il sourit, et regarda les différentes parties du corps de la jeune femme, la main droite posée sur la bouche, comme pour réflexion.
Penchant légèrement sa tête sur le côté, il approcha son visage, et dit, bien étrangement endehors du sujet, venant de lui


"Hum.. Jolie robe. Alors, "vixen", quel est ton nom?"

Eirey était habillé différemment aujourd'hui. Un pantalon habituel, un T-shirt moulant sans manches, une écharpe attachée en cravate autour du cou et un bonnet pour couvrir les cheveux (comme le chanteur de HIM ^^). On ne pouvait donc voir son corps, qui faisait généralement forte impression le premier jour. Il montrait seulement ses bras. Plutôt maigres, mais musclés. Pas forcément les bras d'un muscleman, mais c'était suffisant pour lui. D'ailleurs autre chose ne lui serait pas allé.
Avec ces bras, Shinzo pouvait se permettre beaucoup de choses. Comme poser sa main sur l'épaule de la jeune femme, en ajoutant


"Etrange de voir une japonaise avec un tel physique. Dis moi, d'où viens-tu...?"

Puis étrangement il sembla voir en son visage une personne familière. Bwoah, sûrement une de ses conquêtes, se disait-il...
M'enfin... C'était tout à fait plausible en plus. Alors il la regarda avec insistance. Chaque détail, sa bouche, ses lèvres, ses yeux...
Puis il se recula, et sortit un dessin...


"Oh mon dieu..."


Dernière édition par le Sam 12 Aoû - 14:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Adachi Sakuranbo
Pensionnaire
Adachi Sakuranbo

Féminin Nombre de messages : 9
Age : 29
Date d'inscription : 06/08/2006

Sayonara my sweet vixen ! Empty
MessageSujet: Re: Sayonara my sweet vixen !   Sayonara my sweet vixen ! EmptyMar 8 Aoû - 21:35

-Hé, la nouvelle, ce n'est pas par là les dortoirs...

Adachi arqua un sourcil, levant les yeux vers les escaliers pour voir d'où venait la voix. Cela lui faisait bizarre d'entendre du japonais en France. Quoi que Jean-Baptiste lui parlait quelque fois dans sa langue natale, mais ce n'était que pour mieux écorcher chaque mot. Heureusement qu'il était doué pour autre chose...

-Excusez moi... Je reprends donc. Les dortoirs se trouvent la-bas. Vous alliez à l'opposé. Enfin, un bon moyen de se perdre dans les sous-sols.
Vous devriez suivre le deuxième tapis rouge. Il mène tout droit à l'escalier. Ensuite, vous montez à l'étage, et vous verrez un long couloir. Bien sûr, il faut le traverser, et les dortoirs se trouvent au bout...

La petite nippone aperçut enfin une fine silhouette. Elle avait écouté
ses explications sans vraiment y faire attention. Elle se perdait dans les sous-sols si elle le voulait ! Déjà, la jeune demoiselle n'appréciait pas le ton utilisé du jeune homme, ni sa façon de parler. Encore un crâneur sans doute...Enfin, son interlocuteur deigna se montrer. C'était un jeune homme très beau, il fallait l'avouer, un peu efféminé, ça lui ajoutait du charme, et en plus il était bien habillé. Adachi remarqua aussi que ce jeune homme était un japonais. Impressionnée par ses yeux bleux magnifique, la nippone ne cilla cependant pas lorsque son interlocuteur planta son regard dans le sien. Pas franchement timide, elle en fit de même.

En tout cas, Adachi n'aimait sa façon de regarder les gens. Il avait un problème pour dévisager ainsi ? La jeune demoiselle arqua un sourcil. Bah elle avait l'habitude. Lorsqu'elle était encore à Tokyo, Adachi se faisait reluquer par les vieux salarymen.


-Hum.. Jolie robe. Alors, "vixen", quel est ton nom?

Un sourire en coin étira les lèvres roses d'Adachi. Elle n'était plus sensible aux compliments depuis longtemps.

"Adachi Sakuranbo. Et c'est pas "vixen" mais "Sweet Vixen"...enfin peu importe, c'est un surnom tout aussi idiot qu'un autre. Et toi, c'est quoi ton nom ?"

Répondit-elle sur un ton las. Ce gars lui tapait sur les nerfs. Son visage se crispa légèrement au contact de la main sur son épaule. Pour qui se prenait ce type ? Il avait tout l'air du playboy beau gosse qui collectionnait les jolies filles.

-Etrange de voir une japonaise avec un tel physique. Dis moi, d'où viens-tu...?

"De Tokyo. Quartier d'Harajuku pour être plus précise."

Son lieu d'habitation pouvait être une explication à son style vestimentaire. Harajuku était le point de rassemblements des jeunes japonais excentriques. On y croisait souvent des Fruits, des Gothic Lolita, quelques Kogals...Mais qu'entendait-il par "étrange" et "tel physique" ? S'il parlait de ses cheveux, c'était juste une vulgaire teinture...Adachi fronça les sourcils. Voilà que ce mec recommençait à la dévisager. Sa tête lui revenait pas ou quoi ? Et puis il sortit une feuille. Un dessin pour être plus précis.

-Oh mon dieu...

"Quoi ?"

Demanda-t-elle sur un ton impatient. Adachi se mit alors à tortiller sa petite chaîne argenté, sur laquelle était accrochée une jolie petite clé du même métal. La clé de son cher journal intime. Son seul véritable ami. Adachi était agacée, tout ce qu'elle souhaitait, c'était se rendre dans les dortoirs, se débarasser de ses bagages et se mettre à écrire dans son journal. Oui, Adachi avait l'habitude d'écrire chaque jours dans ce petit cahier. D'habitude elle écrivait le soir, mais là, elle avait un grand besoin de se confier.
Revenir en haut Aller en bas
Shinzo Makamaki
Pensionnaire
Shinzo Makamaki

Masculin Nombre de messages : 39
Age : 30
Localisation : Somewhere in Heïki
Date d'inscription : 01/07/2006

Sayonara my sweet vixen ! Empty
MessageSujet: Re: Sayonara my sweet vixen !   Sayonara my sweet vixen ! EmptyMer 9 Aoû - 14:07

"Oh, eh bien, soit tu as une jumelle... Soit..."

Que demander de plus que de jouer un peu avec une si jolie japonaise? Et pourquoi ne pourrait-il pas s'amuser un peu? Après tout, s'il était encore jeune, il avait bien le droit de profiter de chaque instant. Et il le montrait parfois. Sauf que cette fois, la jeune nippone serait prisonnière du jeune Domaki, et ce sans même le savoir.
Restant à distance honorable, soutenue même, il observa le dessin et Adachi en parallèle. Cela ne faisait aucun doute. Aucun, vraiment aucun. Alors Shinzo releva la tête, et répondit, d'une voix plutôt étrange, pleine d'interrogations.


"Hum... Sakuranbo Adachi, dis-tu? Harajuku, à Tokyo? Hum... C'est fort intéressant, ma foi. Il est vrai que ce coin est réputé pour les excentriques. Mais ces mêmes excentriques sont très faciles à appâter. Quelques belles paroles, un petit air sur lequel elles peuvent danser, et elles sont tiennes...
Maiiis ! Rassure toi, je ne fais pas partie de ces gens qui aiment à acheter ces petites choses, quoi que si elles avaient été moins... Beuuuhr, cela aurait pu. En revanche, je peux dire et ce, sauf si tu as une jumelle cachée, que je te connais plutôt bien..."


A ce moment-là, il tourna le dessin à direction de la jeune femme. Et prît un crayon de sa ceinture (un véritable équipement de pirate!), en pointant le visage de la jeune demoiselle enveloppée dans un drap, dormant. C'était, selon toute vraisemblance, Adachi. Bien sûr, elle était nue sous ce drap, et qui sait ce qui s'était passé pour que Shinzo l'ait dessiné.
Mais celui-ci, dans son infinie bonté, conta le récit de cette prodigieuse soirée


"Hum... Etrange n'est-ce pas? Tu es bien la seule que j'ai dessiné sans coucher avec... En même temps, il n'y en a pas tant que cela. peut-être une petite dizaine que j'ai dessiné. M'enfin. C'était.... Un début de décembre je crois. Il y a un peu plus d'un an, alors que l'hiver se faisait vraiment glacial à Tokyo. Hmmm.... A l'époque tu étais plus sympathique, et ouverte. Peut-être parce que ce jour-là tu m'as dit que les gens ne cherchaient en toi que les billets que tu as dans les poches, et que très gentiment je t'avais proposé de te les mettre où je pense tes billets.
Tu devais être maso, ou aimer qu'on t'insulte, car tu m'as suivi. Etrange, non? Cette nuit-là, je vivais dans un endroit pas forcément du goût de tout le monde. En particulier des riches enfants. En gros, c'était plutôt craignos..."


Cessant ensuite de regarder Adachi, il sourit, puis leva les yeux. Marchant un peu, puis se posant à terre, contre un poteau, il continua son récit, tout comme il l'avait commencé. C'était étrange. Cette nuit-là il n'avait pas couché avec elle. Pourtant il aurait pu. Mais il ne l'avait pas fait...

"Une fois arrivé dans l'espèce de chose qui me servait de refuge pour les quelques temps où je suis resté, tu m'avais dit que tu trouvais cet endroit plutôt joli à l'intérieur. Un appart avec des draps sur chaque meuble, des vitres pêtées quasiment partout, sauf dans la chambre, un sol en moquette neuve mais déjà terne. Ce n'est pas ça ma conception du joli. M'enfin, ensuite je t'ai donné un peu à boire. Pas d'alcool, puisque je déteste cela. Non, de la simple boisson gazeuse, si je me souviens bien. Puis nous avions parlé. De choses banales. Sans parler de l'un, ni de l'autre. Puis ensutie je t'ai proposé d'aller te coucher, vu que tu semblais exténuée, et que t'avais les yeux gros comme des pastèques. Alors t'es allée dans la chambre, et tu t'es entièrement deshabillée, puis tu t'es jetée dans la couverture.
Et c'est en entrant dans la chambre, parce que la neige envahissait les autres pièces, que je t'ai vue. Avec un si charmant sourire, une tignasse encore lisse, mais que je pensais déjà ébourriffée le lendemain. Et j'ai eu envie de te dessiner. Ce que j'ai fait d'ailleurs. Et je dois avouer que je suis fier du résultat ! Ce dessin est sans conteste le plus beau que j'ai jamais fait. Le plus achevé, et réussi."


Peut-être était-ce ce qui lui avait manqué pendant tout ce temps. Un peu de beauté, éloignée du sexe. M'enfin, reprendre les bonnes vieilles habitudes ne serait pas un mal. Il se leva alors, mais eût une forte douleur à la tête. Comme un coup de bouteille en plein sur le crâne. Marchant ensuite quelque peu bizarrement, plus que d'habitude, il tenta de s'approcher d'Adachi, mais s'effondra sur le sol. Les yeux dans le vide sans doute, il semblait complètement HS.
Mais, secouant la tête, il retrouva ses esprits, et continua, pour finir


"M'enfin, ca, c'est le passé, ma petite Adachi. C'est le... Aouille..."


Dernière édition par le Sam 12 Aoû - 14:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Adachi Sakuranbo
Pensionnaire
Adachi Sakuranbo

Féminin Nombre de messages : 9
Age : 29
Date d'inscription : 06/08/2006

Sayonara my sweet vixen ! Empty
MessageSujet: Re: Sayonara my sweet vixen !   Sayonara my sweet vixen ! EmptyMer 9 Aoû - 14:41

Adachi arqua un sourcil. Une soeur et puis quoi encore ? Quoi que connaissant son père, il aurait bien été capable de faire un gosse à une de ses maitresses.
La petite nippone arrêta de tripoter sa chaine et posa sa valise sur le sol, son bras commençant à s'engourdir. Adachi écouta d'une oreille distraite les propos de Shinzo. Peut-être n'avait-il pas tort sur le fait que certaines des filles d'Harajuku étaient faciles à appâter, mais la petite nippone n'était pas de celles-là. De plus, elle trainait rarement dans les rues, sauf pour faire un peu de shopping, mais toujours accompagnée de ces filles incipides qui se disaient ses amies.
Adachi fut un peu surprise lorsqu'elle découvrit enfin le dessin. C'est vrai que la ressemblance était à s'y méprendre, mais ce n'était pas elle.


*Pauvre garçon, il perd la tête...*

Adachi prit un air navré, alors qu'elle écoutait son histoire invraisemblable. Ce jeune homme avait une imagination débordante et aussi la langue bien pendue. C'était un beau parleur et excellent orateur sans nul doute, mais la petite nippone n'était plus sensible aux mots depuis longtemps, on lui avait promit tant de belles choses, des promesses qui n'ont jamais été tenues d'ailleurs. Adachi défroissa quelques plis de sa robe rouge sang. Une de ses préférées. Celle-ci avait un col en froufrou, ainsi que les manches, et avait un jupon en dentelle qui lui donnait l'air d'une robe de poupée. Adachi n'écoutait même plus le blabla incessant de son interlocuteur, elle était même prête à partir à l'étage et s'enfermer dans sa chambre. Pourquoi ne la laissait-on jamais tranquille à la fin ?
Elle deigna tout de même lui adresser un regard. Après s'être assis contre une poutre, Shinzo s'était relevé. Il se dirigea vers la jeune nippone en titubant, ce qui lui donnait à la fois un air pitoyable et comique. Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres roses. Puis le jeune homme s'étala comme une crêpe sur le sol.

Adachi réprima un fou rire. Ce type était un bouffon ! Bah peut-être qu'elle pourrait s'amuser un peu avec...Tant pis pour son cher professeur de français, de toute façon, vu comme c'était partis, leur relation ne durerait pas. Adachi empoigna sa valise puis s'avança vers les escaliers, dépassa Shinzo puis se retourna au dernier moment.


"C'était une bien jolie histoire, mais si tu le veux bien, j'aimerai me choisir une chambre. A la revoyure !"

Puis elle monta les marches, le bruit de ses chaussures assourdis par le tapis rouge. Puis une chose lui revint en tête. Elle redescendit les escaliers, se posta devant Shinzo puis lui colla presque au nez la clé de son journal.

"Si tu m'avais vraiment connue, tu saurais que cette petite clé, depuis mon enfance, je ne m'en sépare jamais. Or, cette demoiselle sur ton dessin n'a pas cette clé autour du cou."
Revenir en haut Aller en bas
Shinzo Makamaki
Pensionnaire
Shinzo Makamaki

Masculin Nombre de messages : 39
Age : 30
Localisation : Somewhere in Heïki
Date d'inscription : 01/07/2006

Sayonara my sweet vixen ! Empty
MessageSujet: Re: Sayonara my sweet vixen !   Sayonara my sweet vixen ! EmptyMer 9 Aoû - 15:42

"Héhé... Et c'est là que tu te trompes, ma petite. Youuurgh !"

Se relevant avec difficulté, au point de ne même pas remarquer que son bonnet était à terre, il eût tout autant de mal à tenir sur ses pattes; Mais une fois que c'était bon, il regarda la nippone qui le prenait pour un fou, un playboy ou un abrutis (dédicace àtoi Hichy-chou xD), avant de baisser les yeux

"Oh, mon bonnet, qu'est-ce qu'il fout par terre? Oh, euh pardon ! Oui, donc je disais. C'est là que tu te trompes ma petite. Regarde bien autour de son cou, une légère chaîne argentée. Comme la tienne. Et ce n'est pas tout, puisque..."

Il leva les cheveux de la nippone, et, heureux de sa trouvaille, lança un énorme "Hahaa!!", qui manqua de le faire basculer en arrière. Son dessin revînt ensuite juste sous les yeux de la jeune femme, et il pût lui faire admirer son souci du détail.
Avec un grand sourire, il contempla sa réussite, et ajouta, pour consolider sa thèse


"Alors ici nous voyons un léger grain de beauté, juste en dessous de l'oreille et... Oh, tu as aussi un grain de beauté juste en dessous de l'oreille. A moins que cela ne soit une bouloche de crasse. Mais... Je dois avouer que cela m'étonnerait, venant d'une petite fille riche comme toi ! Souci du détail? J'adore une oeuvre bien faite. Et il se trouve... Que... TU es cette oeuvre !"

Reprenant le contrôle de son corps, il s'avança avec sa grâce habituelle (xD) jusqu'aux escaliers. Il monta ensuite quelques marches, et ajouta, d'un ton faussement navré, et bourré d'ironie

"Je suis navré que tu ne te souviennes pas de cette nuit-là. Tu étais très charmante dans mon lit, tu sais? Oh, et une dernière chose. C'est une bien jolie histoire, certes, mais revisite ton journal, ou alors demande toi pourquoi tu te retrouves avec un dessin de toi, sur lequel il y a les initiales "S.A", que je connaissais. D'ailleurs c'était la seule chose que je connaissais assez bien, après le fait que tu sois riche bien sûr, oh et aussi ton grain de beauté... J'oubliais !"

Fier de lui, il commença à monter les marches, puis lacha un "Souviens toi de ce jour comme celui où tu as failli oaaaargh!", avant de dévaler les escaliers en boule. C'était sans doute ce qu'il avait mangé qui l'avait foutu dans cet état là. Et il fallait l'avouer, pas grand monde l'avait vu aussi maladroit et bouffon, comme Adachi se serait plu à l'appeler. Finalement à nouveau sur la première marche, il se redressa, accusant un coup à la tête et un repas affreux. Cette bouffe qu'ils servaient était vraiment nocive, pour lui comme pour les autres ! Il fallait changer cela, pour éviter qu'il ne dévale à nouveau les escaliers. Bwoargh, le cuistôt avait dû oublier de doser le rhum lorsqu'il l'avait foutu dans le gâteau... Et Shinzo qui avait mangé la totalité de ce gâteau, plus un autre, sentait que ça allait de travers.
M'enfin, se relever, tout d'abord, et ne pas avoir ce fichu mal de bide. Car il n'était pas saoûl, non, loin de la. Les fois où il avait bu étaient certes peu nombreuses, mais il n'avait jamais été ivre. Même pas après plusieurs bouteilles de rhum, vodka et autre. Alors, il fallait se... Ourrgh... Relever!


"Et au passage, princesse dinette, j'm'appelle Makamaki Shinzo, enchanté de te rencontrer, ou plutôt de te retrouver. Si tu veux savoir où se trouvent les dortoirs, suis moi !"

Se relevant bien rapidement, il gravit les marches trois par trois, et arriva bien rapidement au sommet. Se posant sur la rambarde, et se tenant solidement, des fois qu'il tomberait encore, il salua la nippone, et continua

"Alors, toujours aussi studieuse, ma petite Adachi? Ou tu as laissé tomber les cours? Pour un français... Hum... Pas mal, ma fois. Mais n'est-il pas un peu vieux pour toi?"
Revenir en haut Aller en bas
Adachi Sakuranbo
Pensionnaire
Adachi Sakuranbo

Féminin Nombre de messages : 9
Age : 29
Date d'inscription : 06/08/2006

Sayonara my sweet vixen ! Empty
MessageSujet: Re: Sayonara my sweet vixen !   Sayonara my sweet vixen ! EmptyLun 14 Aoû - 17:03

-Héhé... Et c'est là que tu te trompes, ma petite. Youuurgh !

Adachi arqua un sourcil. Qu'est-ce qu'il allait encore lui sortir comme ânerie ?
Le nippon lui montra d'un air fier la petite chaîne argenté sur le dessin.
Un nouveau rictus étira légèrement les lèvres roses de la demoiselle. C'est pas avec lui qu'elle arriverait avoir le dernier mot. Et ça l'énervait au plus haut point. Adachi eut juste le temps de voir une main se diriger vers ses cheveux que Shinzo lui soulevait ses boucles, afin de révéler un petit grain de beauté. Puis il lui recolla son oeuvre d'art sous le nez.
La nippone bouillonnait intérieurement. Elle serrait ses poings si fort que ses ongles pénétraient sa chair. Mais elle ne répliqua rien.


*Le silence est la meilleure des armes, le silence est la meilleure des armes. Reste calme...*

Quoi que ce n'était pas l'envie de lui donner une bonne claque qui lui manquait. Seulement, elle devait avouer que Shinzo avait raison sur toute la ligne. Il était indéniable que c'était elle sur ce dessin. Pourtant, pas moyen de se rappeler de cette soirée...En même temps, elle avait connu tellement d'hommes ! A présent elle était convaincue de l'avoir connut, puisqu'il lui parla de son journal. Mais ça l'énervait de ne pas avoir eut le dernier mot et puis elle détestait sa façon de lui parler. Bref pour l'instant Adachi ne le portait pas dans son coeur.
La nippone réprima à nouveau un fou rire alors qu'il dévalait les marches et s'étalait encore une fois. Décidément !
La demoiselle commença à monter les marches, ignorant délibérément Shinzo. Seulement le "princesse dinette" lui agressa l'oreille.


"Moi je ne suis absolument pas enchanté de te retrouver vois-tu Makamaki !"

Répliqua-t-elle en pivotant pour se retrouver face au jeune homme. Son visage avait prit un air furibond. Sa main la démangeait. Baffe ou baffe pas ? Puis d'abord il n'avait pas à la juger, elle sortait avec un homme plus âgeé si elle voulait, na !

"Ca fait quoi s'il est plus vieux ? Tu veux etre à sa place peut-etre ? Pour toi d'ailleurs ça sera Sakuranbo, on est pas amis que je sache !"

Adachi monta un peu plus vite les marches. Ses boucles virevoletaient au gré des ses pas vifs. La nippone s'avança dans un couloir, sans etre certaine d'etre sur le bon chemin. Soupirant, elle fit marche arrière pour revenir vers Shinzo. Adachi lui adressa un regard mauvais, dégoûté de deoir compter sur ce type pour la guider.

"C'est par où...?"





[Post bien naze sorry =_=]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Sayonara my sweet vixen ! Empty
MessageSujet: Re: Sayonara my sweet vixen !   Sayonara my sweet vixen ! Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Sayonara my sweet vixen !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pensionnat Heïki :: {~Le pensionnat ~} :: ~>Le hall-
Sauter vers: